C'EST LA RENTREE, UN FIL A LA PAGE VOUS PRESENTE SES PREMIERS COUPS DE COEUR !

 

   

visuel gaude               VISUEL ARDITI   VISUEL ADAM 

  visuel coursier     VISUEL FERRARI  VISUEL DESARTHE

 

 

 

VISUEL GREGGIO      VISUEL HOME            VISUEL RASH                  

 

VENEZ VITE LES DECOUVRIR EN MAGASIN !

 

POUR FETER CETTE NOUVELLE RENTREE 2012, UN FIL A LA PAGE VOUS RESERVE UNE SURPRISE, A DECOUVRIR TRES PROCHAINEMENT....

BONNE LECTURE A TOUS !   

 

 

   

 

 

  

 

                                                           

 

Posté par unfilalapage à 17:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


clan poissards

   

Trotski se réveille avec le bourdon, sans trop savoir pourquoi. Le Stade a perdu et la soirée malouine a été un peu ratée, mais ce n’est pas seulement ça. Des défaites et des déceptions, il en a toute une collection. Non, ça semble être plus profond et venir de plus loin, un début de moins bien. Trotski l’insubmersible, le petit roc d’un mètre soixante-huit, celui qui se relève de tout, vacille sur lui-même sans mettre le doigt sur ce qui le fait tanguer ». Le Clan des Poissards est un roman qui parle d’une ville, Rennes, où les destins de quatre amis s’entrecroisent, d’une équipe de foot qui ne gagne pas assez, mais d’une pluie qui tombe trop souvent, d’amour et de PMU...

C'est un roman comme il en existe peu, un roman sur le quotidien, la vie simple de quatre amis qui ont du mal à sortir de l'adolescence, à se fondre dans le décor mais qui ne cherche pas non plus à tout bouleverser. Des hommes, avec leurs questions existentielles sur l'amour, le travail et l'argent, leurs rêves secrets, leur pudeur à se livrer totalement ; une ville toujours en mouvement où le décor change souvent plus rapidement que ses habitants, un stade de foot où se mèle joie et déception ; un auteur à découvrir !

Jeff Sourdin est également l'auteur de Rippeur.

 

 

le silence ne sera 

Le silence ne sera qu'un souvenir, Laurence Vilaine editions GAIA

Une belle découverte que ce premier roman de Laurence Vilaine, jeune auteure d'origine nantaise.

Elle nous entraîne dans l'univers à la fois poétique et rude des roms, gitans de roumanie. La misère règne dans la petite communauté de Miklus. La vie n'est certes pas facile mais la solidarité, la fraternité et la musique aident à supporter les horreurs de la guerre, des privations et le racisme quotidien. Miklus est à l'aube de sa vie, une vie de silence et de non dits qui cache un terrible secret. Le poids des traditions ont empêché Miklus de changer le cours de la vie de Chepnki et de sa descendance. Effleurant l'Histoire, Miklus se soulage enfin du poids de ces erreurs et nous entraîne dans la tourmente de ces vie gâchées où le bonheur ne sera que de passage.

A lire absolument !

 

blog

AVENUE DES GEANTS (Marc Dugain)

C’est en Californie que se situe l’intrigue de ce roman qui nous entraîne sur les traces d’Al Kenner, géant de 2,20 m au QI supérieur à celui d’Enstein. Ce livre décrit la dérive meurtrière de cet homme qui tue (il est alors âgé de 15 ans)  ses grands parents, pour ensuite, après sa sortie d’hôpital psychiatrique (et déclaré guéri par les médecins) entamer une carrière de serial killer. Il massacre 6 étudiantes ainsi que sa mère et une amie de celle-ci. Marc Dugain nous décrit un homme sans sentiment, incapable d’avoir des relations sexuelles, détruit par une mère violente et alcoolique dont il recherche pourtant toujours l’amour. L’auteur raconte, en la romançant, l’histoire vraie d’Edmund Kemper,  tueur schizophrène qui a inspiré le personnage d’Hannibal Lecter.  Mais il ne faut pas réduire ce roman à son personnage principal, car c’est également une formidable plongée dans l’Amérique des années 60 et 70, du président Kennedy, en passant par la guerre du Vietnam ou le mouvement hippie. C’est un livre qui vous happe, malgré le côté glaçant de son héros, et vous tient en haleine jusqu’au bout.

blog

L’ATTENTE DE L’AUBE (William Boyd)

Vienne 1913, Lysander Rief, jeune comédien anglais, vient suivre une psychanalyse avec un disciple de Sigmund Freud, pour anorgasmie. Sa courte liaison avec  Hettie Bull signera certes sa guérison mais l’entraînera aussi, une fois la guerre déclarée, dans des aventures rocambolesques qui l’amèneront à travailler pour le contre-espionnage anglais. Cette histoire est menée tambour battant, et l’on s’attache à ce personnage qui, paraît au premier abord sans grande consistance pour se révéler finalement retors à souhait et fin limier. Un roman fort divertissant, qui pour une fois dans une histoire d’espionnage, ne nous écrase pas sous une avalanche de situations ou de personnages…

 

Posté par unfilalapage à 18:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 juillet 2013

 

la nuit tombée 

Un homme sur une moto, à laquelle est accrochée une remorque bringue-balante, traverse la campagne ukrainienne. Il veut se rendre dans la zone interdite autour de Tchernobyl. Il a une mission. Le voyage de Gouri est l'occasion pour lui de retrouver ceux qui sont restés là et d'évoquer un monde à jamais disparu où ce qui a survécu au désastre tient à quelques lueurs d'humanité.

Un soir quelque part où le "diable se fabrique un monde qui se foutrait des hommes".

Un soir, quelque part du côté de Tchernobyl. Que reste-t-il ? L'incompréhension, la colère, le dégoût et une immense tristesse pour ces femmes et ces hommes oubliés de tous ! Fort, très fort !

 

quand rentrent les marins

Myrtle est aussi réservée, sage et modeste qu'Annie est pétulante, séductrice et vaniteuse. Élevées dans un petit port d'Ecosse, elles ont appris ensemble à devenir des femmes. Des femmes de marins pêcheurs, dont le lot quotidien est lié à chaque caprice de l'océan, au retour de leur homme, aux rumeurs qui enflamment tout le village dès qu'un étranger en frôle le pavé... Jusqu'au jour où survient le pire, et où le drame emporte avec lui tous les remparts contre les déchaînements des passions. Contre ces non-dits qui éclatent avec d'autant plus de force qu'ils ont été si savamment et si lontemps protégés.

Le roman est une merveille... Angela Huth nous transporte, il n'y a pas d'autre mot, dans un petit port de pêche écossais, dans les méandres d'une amitié féminine à première vue bancale. Le quotidien devient passionnant, la psychologie des personnages est extraordinairement abordée et leur vie apriori banale, prend ici un relief innatendu. A ne pas rater !!

 

FAROOKI

Asif, Lila et Yasmine sont frère et sœurs. Lila a fui la maison, contraignant Asif à s’occuper de Yasmine, qui n’a pas idée du ressentiment qu’elle cause. Qui voit la musique en couleurs et se rappelle si bien de tant de choses que parfois sa tête lui fait mal. Qui n’est pas heureuse, et sait qu’elle est spéciale. Un jour, une équipe de télévision vient réaliser un reportage sur le syndrome d’Asperger et la vie de Yasmine. 
Un roman à trois voix doux-amer et touchant.

Que voilà un bon roman d'été. Vous ne quitterez plus Asif, Lila et Yasmine. Emotions garanties.

Du même auteur, que j'avais également beaucoup aimé : La petite boutique des rêves 

 

guillaume et nathalie

 

Guillaume est sociologue, Nathalie architecte. Ils se rencontrent à la veille du séisme qui a ravagé Haïti en janvier 2010, autour du projet d'un centre polyvalent dans les environs de Port-au-Prince. Entre l'homme de cinquante ans revenu de ses utopies, dont toute la vie s'est jouée dans son île, et la jeune femme au sombre passé qui vient de vivre de longues années en France, l'attirance est immédiate. 
Si Yanick Lahens excelle dans l'écriture impatiente de leur désir et si l'on est vite happé par la sourde sensualité qui en émane, elle n'est dupe ni de ses personnages, ni de leur situation. Représentants tous deux de la classe moyenne noire, ils tentent d'endiguer la misère qui les encercle, subissant eux aussi les préjugés racistes de la bonne société haïtienne et la corruption des élites. Nul misérabilisme pourtant dans ce récit, nul catastrophisme non plus, sinon la conscience diffuse de la menace qui plane sur Haïti en ce mois de décembre 2009. 
Avec ce roman pétri de tendresse pour son pays, Yanick Lahens acte la victoire de la vie et de l'écriture sur le malheur.

Une écriture sensuelle où l'urgence du désir se mesure à la faim de vivre intensément dans un pays où tout est difficile. Les personnages s'attirent et se repoussent, tout comme ils hésitent entre rester et partir ou repartir. Un beau roman où haïti se revèle sous toutes ses facettes. 

 

MAMHOUD

 

Maurice est un comptable doté d’un indécrottable humour danois et en pleine procédure de divorce. Mahmoud, son assistant, est un jeune musulman un peu geek sur les bords, qui n’a jamais vraiment eu de copine. Le premier est cynique et désabusé, le deuxième idéaliste et romantique. Le premier ne peut s’empêcher de persifler, le deuxième s’efforce de ne pas le prendre mal. Le premier habite chez le deuxième depuis que sa femme l’a mis dehors.
Entre frictions culturelles et religieuses, préjugés et décalages générationnels, Flemming Jensen livre un pamphlet sur ce qui tant bien que mal nous rapproche les uns des autres.

L'humour Danois nous va bien, un vrai vaudeville littéraire, les portes claques, les quiproquos s'enchaînent pour notre plus grand plaisir, mais attention cette satire dénonce aussi les travers des religions et l'intolérance. Gaïa fête ses 20 ans et cette maison d'édition continue de nous enchanter avec des textes tout à fait originaux. 

 

freres sisters

Oregon, 1851. Eli et Charlie Sisters, redoutable tandem de tueurs professionnels aux tempéraments radicalement opposés mais d'égale (et sinistre) réputation, chevauchent vers Sacramento, Californie, dans le but de mettre fin, sur ordre du "Commodore", leur employeur, aux jours d'un chercheur d'or du nom de Hermann Kermit Warin. Tandis que Charlie galope sans états d'âme, mais non sans eau-de-vie, vers le crime, Eli ne cesse de s'interroger sur les inconvénients de la fraternité et sur la pertinence de la funeste activité à laquelle lui et Charlie s'adonnent au fil de rencontres aussi insolites que belliqueuses avec toutes sortes d'individus patibulaires et de visionnaires qui hantent l'Amérique de la Ruée vers l'or. 

Dans ce roman jubilatoire où l'humour noir le dispute à une subtile excentricité, Patrick deWitt rend un hommage décalé aux classiques du western tout en invitant le lecteur à en explorer les ténèbres, sous l'inoubliable houlette de deux frères moins liés par le sang et la violence que par l'indéfectible amour qu'en silence ils se portent.

Vrai coup de coeur pour de livre drole et décalé, un plaisir de lecture

 

 

Posté par unfilalapage à 14:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 mai 2012

segle

 

9 juillet 1961. Dès le lever du jour, il fait déjà une chaleur à crever. Albert est ouvrier chez Michelin. Suzanne coud ses robes elle-même. Gilles, leur cadet, se passionne pour un roman de Balzac. Ce jour-là, la télévision fait son entrée dans la famille Chassaing. Tous attendent de voir Henri, le fils aîné, dans le reportage sur la guerre d'Algérie diffusé le soir même. Pour Albert, c'est le monde qui bascule. 
Saura-t-il y trouver sa place? Réflexion sur la modernité et le passage à la société de consommation, En vieillissant les hommes pleurent jette un regard saisissant sur les années 1960, théâtre intime et silencieux d'un des plus grands bouleversements du siècle dernier.

En vieillissant les hommes pleurent est un roman empreint en même temps d'une grande douceur et d'une grande douleur. Il nous raconte cette famille comme tant de famille où le silence, les douleurs personnelles tues, les souvenirs douloureux enfouis empêchent le bonheur d'entrer et chacun de vivre. Dramatique, le père ne veut plus de cette vie, d'ailleurs en a t-il un jour voulu depuis son retour de la guerre, il n'est resté en vie que pour son jeune fils en manque d'amour maternelle, pathétique, la femme qui se tourne vers la société de consommation et les bonheurs factices, touchant le mal-être de l'adolescent qui au contraire de son frère parti à la guerre, préfère la compagnie des livres souffrant de l'indifférence de sa mère. De très beau moment d'écriture, notamment la scène où le narrateur s'occupe de la toilette de sa vieille mère. 

 

russel banks 

A l'instar de ses pareils, hommes de tous âges et de toutes conditions que leur addiction au sexe a conduits devant les tribunaux puis relégués loin des "zones sensibles", le Kid, vingt et un ans, bracelet électronique à la cheville, a pour quartier général le viaduc Claybourne qui relie le centre-ville de Calusa, Floride, à son luxueux front de mer. Depuis toujours livré à lui-même, n'ayant pour ami qu'un iguane offert par une mère passablement nymphomane, le Kid s'est enivré de sexe virtuel jusqu'au jour où sa naïveté l'a jeté dans un des pièges où la police épingle les putatifs délinquants sexuels. 

Stigmatisé par une société devenue, jusqu'à l'hystérie, adepte du "surveiller et punir", ce jeune homme en rupture suscite l'intérêt d'un certain "Professeur", universitaire à la curiosité dévorante, sociologue atypique qui, dans le cadre de ses travaux sur les sans-abri en tous genres, approche le Kid pour s'instruire de son cas et, peu à peu, semble le prendre sous son aile. Mais il apparaît bientôt que le génial Professeur pourrait être un fabuleux menteur, et un expert en identités multiples; Par cette fiction magistrale, Russell Banks met en scène l'enfer de la "déviance" et le supplice de l'exclusion. 
Il exhausse à la dimension d'un récit aussi mythique que compassionnel l'aveuglement de nos sociétés saturées d'images et qui semblent avoir fait le choix – comme pour mieux s'oublier – de faire disparaître, jusqu'à la pathologie, leur corps collectif dans le rayonnement des écrans de la nuit sexuelle.

Un grand roman de Russel Banks, bouleversant, tantôt écrit dans une langue âpre, crue, tantôt très poétique, c'est un livre qui se mérite, se déguste. Il scrute l'amérique contemporaine avec ses contradictions, ses excès dans la condamnation d'hommes, sa part d'ombre, nous interroge sur la possibilité de vivre dans une société où nous nous demandons toujours ce qui est vrai, ce qui est faux -mais comment vivre sans croire-, sur la justice et ses limites, la dérive d'Internet, ce que deviennent nos enfants dans l'indifférence des hommes. 

 

journal d'un corps

 

 

 

Le titre pourrait rebuter plus d'un lecteur pourtant Daniel Pennac réussit une fois encore un coup de maître. Nous sommes heureux de suivre ce héros dans toute ses faiblesses, ses prouesses, ses interrogations face aux résonnances que la vie fait subir à son corps. Parfois génés quand les confidences sont impudiques, souvent rieurs de l'osmose que nous ressentons avec le narrateur, parfois triste, mais jamais longtemps, lorsque l'emprise du temps se fait sentir et que le renoncement prend le pas sur l'envie. C'est toute une vie dans laquelle nous nous fondons, un moule qui n'est plus ou pas encore à notre image mais qui nous dote d'une certitude, cette vie vaut d'être vécue.

 

 VISUEL ANGES

Franck, inspecteur du NYPD est un écorché vif, désabusé, sans coéquipier et obligé de consulter une psy ! Confronté à une affaire de meurtres de jeunes adolescentes d'apparence assez banale, celle-ci va se révéler beaucoup plus complexe. L'enquête maintient un très bon suspens mais ce qui est différent dans ce polar, c'est le personnage du flic, très loin de la caricature. Attachant, on éprouve rapidement une empathie pour cet homme hanté par les victimes de ses précédentes affaires et le souvenir de son père qu'il pense être un flic corrompu.

Ellory confirme un vrai talent d'écrivain avec une recherche fouillé, nous plongeant dans le quotidien des flics de New-York.      

 

 

les separes

 

 

Quand s'ouvre le roman, le 10 mai 1981, Alice et Cécile ont seize ans. Trente ans plus tard, celles qui depuis l'enfance ne se quittaient pas se sont perdues. Alice, installée dans un café, laisse vagabonder son esprit, tentant inlassablement, au fil des réflexions et des souvenirs, de comprendre la raison de cette rupture amicale, que réactivent d'autres chagrins. Plongée dans un semi-coma, Cécile, elle, écrit dans sa tête des lettres imaginaires à Alice. Tissant en une double trame les décennies écoulées, les voix des deux jeunes femmes déroulent le fil de leur histoire. Depuis leur rencontre, elles ont tout partagé : leurs premiers émois amoureux, leurs familles, leur passion pour la littérature, la bande-son et les grands moments des " années Mitterrand ". Elles ont même rêvé à un avenir professionnel commun. Si, de cette amitié fusionnelle, Kéthévane Davrichewy excelle à évoquer les élans et la joie, si les portraits de ceux qu'Alice et Cécile ont aimés illuminent son livre, elle écrit aussi très subtilement sur la complexité des sentiments. Croisant les points de vue de ses deux narratrices, et comme à leur insu, elle laisse affleurer au fil des pages les failles, les malentendus et les secrets dont va se nourrir l'inévitable désamour. Car c'est tout simplement de la perte et de la fin de l'enfance qu'il s'agit dans ce roman à deux voix qui sonne si juste.       

Un vrai coup de coeur pour ce roman extrêmement bien construit.

18.00 euros

  

 

COMTESSE

 

 

 

 

 

 

 

 

Sous sa plume parfois presque naïve, parfois acérée, drôle et touchante, Milena Agus nous livre l'histoire de trois soeurs, autrefois comtesses, plus ou moins ruinées, vivant dans un immeuble qui a perdu de sa superbe et qu'elles vendent par petit bout. C'est un conte philosophique cruel mais où l'optimisme resurgit au détour de chaque blessure. Chacune à sa manière se pose la question du bonheur, de sa place dans la société, de l'amour, de la solidarité, du handicap....

En 120 pages, tout est dit ! Un petit bonheur de lecture qu'il ne faut pas hésiter à s'offrir

13.30 euros 

  

VISUEL SILLAGE

LE SILLAGE DE L'OUBLI DE BRUCE MACHART EDITIONS GALLMEISTER

 

A travers ce premier roman, c'est une immersion totale dans le monde rude de la terre, avec ses codes,ses personnages aux caractères bruts que vous allez vivre. N'oublions pas la chaleur et la poussière du climat texan  

De l 'émotion à l'état pur, à découvrir.

Texas 1895, un homme devenu  fou de douleur suite au décès de sa femme morte en couches va entrainer ses 4 fils dans une vie dure et austère. Désormais, seuls ses chevaux comptent. Grâce à eux ils va s'enrichir et devenir un prospère  propriétaire terrien. Mais cette réussite fait ressurgir les rancoeurs de certains.   

 

 

 laurence vilaine   

 

Le silence ne sera qu'un souvenir, Laurence Vilaine editions GAIA

Une belle découverte que ce premier roman de Laurence Vilaine, jeune auteure d'origine nantaise.

Elle nous entraîne dans l'univers à la fois poétique et rude des roms, gitans de roumanie. La misère règne dans la petite communauté de Miklus. La vie n'est certes pas facile mais la solidarité, la fraternité et la musique aident à supporter les horreurs de la guerre, des privations et le racisme quotidien. Miklus est à l'aube de sa vie, une vie de silence et de non dits qui cache un terrible secret. Le poids des traditions ont empêché Miklus de changer le cours de la vie de Chepnki et de sa descendance. Effleurant l'Histoire, Miklus se soulage enfin du poids de ces erreurs et nous entraîne dans la tourmente de ces vie gâchées où le bonheur ne sera que de passage.

 

A lire absolument !

 

 

    1634502_6_3f10_couverture-de-l-ouvrage-de-cecile-coulon-le_ebbe10631dbfbf5905d651c4e2fe1204

"Le roi n'a pas sommeil" - Cécile Coulon - éditions Viviane Hamy

Nous ne pouvons que vous conseiller de vous précipiter sur ce deuxième roman de Cécile Coulon. C'est avec une grande maturité qu'elle entraîne le lecteur dans son univers sombre où chaque personnage se bat contre ses fêlures intérieures, aucun n'en sort indemne. Le drame est là dès les premières pages et le suspense est distillé avec une grande habileté. Que va-t-il arriver à Thomas, jeune homme sensible et fragile ? 

Le roi n'a pas sommeil raconte le destin tragique d'un enfant maudit : Thomas Hogan.
Un conte dont le charme poétique opère irrémédiablement sur le lecteur. A la mort de son père qui lui lègue sa fortune, William Hogan, le père de Thomas, rachète une propriété d'une beauté sauvage et subjuguante : deux hectares de forêts envahis par les framboisiers sauvages et où paissent des cerfs et des biches. Une fois sa fortune dilapidée, il se tue au travail, de jour, à la Scierie du village et, de nuit, à la gendarmerie où il classe les dossiers des affaires les plus sordides.
Est-ce cette proximité avec le crime ? Il est sombre, triste et violent. Mais il travaille dur et c'est un bon parti. Un soir de bal au village, il séduit une beauté, Mary, et l'épouse. Thomas naît de cette union. C'est un bel enfant, à l'opposé de son père, fragile et vulnérable. Mais sa vie bascule le jour où William s'entaille profondément la main droite à la Scierie. Cette blessure gangrène et emporte le père sans que le médecin de famille, O'Brien, ne puisse rien y faire.
Comme un signe de mauvais augure, l'accident plane désormais sur le destin de Thomas. Celui-ci grandit et connaît l'amitié avec Paul, son double à qui tout l'oppose, puis l'amour avec Donna, l'admirable assistante du Docteur O'Brien. Bientôt, son destin sombre le rattrape : il deviendra pour tous le " fils maudit " de Mary, une légende. Dans un style sobre mais imaginé, Cécile Coulon nous entraîne dans un univers d'émotion qui allie une atmosphère paisible, et une mélancolie indicible.
Son talent tient à sa capacité à rendre magique le quotidien et le banal.

 

betty

"Betty" - Arnaldur Indridason - Editions Métaille

L’auteur, ARNALDUR INDRIDASON abandonne cette fois son personnage de flic fétiche pour nous entrainer dans une sombre histoire machiavélique. Sentiments exacerbés et manipulations sont au RV de ce polar haletant sans parler des différents coups de théâtre tout au long de ma lecture. Un peu lassée de l’univers des auteurs nordiques, celui-ci m’y fait replonger avec délices !

Karine

 

percin

"Le premier été" - Anne Percin - Editions du Rouergue

Après « Bonheur fantôme », Anne Percin, auteur jeunesse, nous entraîne dans un village au fin fond de la Haute Saône. Avec une grande justesse, elle décrit les affres de ce difficile passage qu’est l’adolescence au travers du récit qu’une trentenaire fait à sa sœur d’un événement s’étant déroulé une quinzaine d’années plus tôt et dont elle ne s’est jamais remise.Comme dans son premier ouvrage, elle procède par petites touches, montrant à nouveau toute sa connaissance de l’âme humaine. Un roman dans lequel chacun retrouvera une part de sa propre jeunesse…  Valérie

 

Metin-Arditi

"Le Turquetto" – Metin Arditi – Actes Sud.

Nous sommes au début du XVIè siècle à Constantinople, un jeune garçon, habile dessinateur, se rêve peintre; nous le retrouvons quelques années plus tard à Venise, où il est devenu sous le nom du Turquetto, ce grand peintre adulé de tous, après avoir été apprenti dans l’atelier du Titien.  Pourrait-il être le véritable auteur de « l’homme au gant »  attribué au Titien et dont la signature présente une anomalie ?  C’est à partir de ce postulat que Metin Arditi nous livre un roman flamboyant et haut en couleurs comme une peinture vénitienne. A noter que grâce à cette histoire,  j’ai découvert ce tableau (exposé au Louvre), qui est une pure merveille. 

 VISUEL ANGES

Posté par unfilalapage à 11:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 mars 2011

  book_cover_morte_la_bete_162958_250_400

"MORTE LA BETE", de Lotte et Soren Hammer, édition Actes sud

« Lorsque j’ai commencé ce livre, j’ai eu peur de subir de multiples descriptions insoutenables liées au sujet, la pédophilie.Or, il n’en est rien, l’horreur des situations n’est qu’esquissée, sans retirer la moindre puissance au propos.L’intrigue est tordue à souhait et les relations au sein du groupe de policiers rendent l’enquête encore plus vivante ; de plus, on peut aisément s’identifier à l’un ou l’autre des 5 enquêteurs.Un très bon premier polar (danois), le premier d’une série mettant en scène cette équipe. » Valérie

Posté par unfilalapage à 13:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 octobre 2010

JANVIER 2011

 

dugain

Marc Dugain "L'insomnie des étoiles" - Gallimard

Un village allemand déserté à la fin de la seconde guerre mondiale, une adolescente trouvée par des soldats français à côté d’un cadavre calciné, un capitaine opiniâtre et un hospice mystérieusement vidé de ses occupants. Tels sont les décors et les protagonistes de ce roman passionnant qui revient sur un côté méconnu de la barbarie nazie.
 

 

 

stockett


Kathryn Stockett "La couleur des sentiments" - Editions Jacqueline Chambon


Ce fabuleux roman à 3 voix (une blanche et deux noires) relate la vie, en 1963, des employées de maison noires dans un des états américains du sud le plus raciste qui soit, le Mississippi. Mais au-delà des destinées de ces femmes, c’est le sort de la communauté noire qui nous est décrit dans toute son injustice, toute son horreur. Et pourtant au milieu de ces histoires dramatiques, émotion, humour et même suspense sont présents. La dernière page lue, on est hanté par Aibileen, Minny et toutes les autres…

 

Valérie

 


 

genere_miniatureCAA2NM40

 

 

ANATOMIE D'UN INSTANT

Javier Cercas

Actes Sud 2010

24,00 euros

 

Récit historique de grande qualité, Javier Cercas nous entraine en Espagne, lors du coup d'état de février 1981. Tour à tour, l'auteur décrypte les protagonistes de cet évènement mêlant faits historisques et fiction, donnant à chacun une dimension de "héros", à son père disparu, il adresse un émouvant hommage. Bien que le sujet soit dense, la lecture est facilitée par les chapitres courts. A tous les amateurs d'histoire du XXème siècle, n'hésitez pas, cet ouvrage est un vrai régal.

Yann

 

Posté par unfilalapage à 02:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 octobre 2010

Automne 2010

 

Lectures d'automne:

 

       rosa_candida

J'ai lu Rosa Candida de Audur Ava Olafsdottir chez Zulma et c'est vraiment un très bon roman. Un jeune garçon, tout juste sorti de l'adolescence dont la mère vient de mourir décide de prendre sa vie en main. A travers sa passion pour les roses il va sillonner le monde pour aller redresser une roseraie historique et rencontrer l'amour mais surtout devenir père. Un roman raffraichissant, vrai, anti-déprime !

 

41F1Ak2BMrL__SL500_AA300_

      Puis j'ai lu Petite soeur mon amour de Joyce carol Oates chez Philippe Rey et c'est tout autre chose. L'auteur nous plonge dans la peau de Skyler, un jeune garçon (dix ans) dont la petite soeur a été assassinée.Au-delà de la recherche de la vérité sur ce meurtre, ce livre démontre comment la manipulation psychologique au sein d'une famille peut détruire des êtres. J'en sors effarée et sans plus aucune illusion sur la société américaine.

 

41hK8m51KKL__SL500_AA300_

     Pour décompresser, je me suis plongée dans le dernier polar d' Elisabeth George, Le cortège de la mort aux éditions Presse de la cité, rien à dire, c'est parfait comme toujours sauf que le livre est un peu gros et pèse lourd dans les mains !!

Agnès

i

i

 

 

Lectures d'été:

Orages ordinaires – William Boyd, (Seuil)

Qui n'a pas un jour, dans un café, un jardin public, la file d'attente d'un cinéma ou d'un théâtre, engagé la conversation avec un ou une inconnu(e) ? C'est ce qui arrive au héros de ce livre et cette rencontre va changer le cours de sa vie.

Ce jeune cadre, financièrement sans soucis, se retrouve dans la condition d'un SDF, obligé, de plus de se cacher, car sa liberté, et même sa vie sont menacées. Il va devoir se battre pour se reconstruire une vie et les épreuves qu'il traverse vont faire de lui un homme nouveau.

Le récit est mené par William Boyd de main de maître, un peu à la manière d'un thriller, mais aussi avec cet humour anglais discret mais efficace.

Annick


 

la chaleur étouffante et peu ordinaire d’une ville suédoise moyenne, Linköping. Ici la canicule accable, agresse, énerve et cette atmosphère oppressante imprègne chaque page du roman. Il fait chaud, terriblement chaud et Malin Fors doit Dans les années 70, Laure, en rupture avec sa famille commet l'irréparable à 19 ans et est condamnée à la prison pour avoir transporté de la drogue. Une jeune fille comme une autre, naïve et rebelle qui va devoir vivre avec ses regrets, sa culpabilité et tenter de passer à l'âge adulte sans trop de dommages. Un court roman sans misérabilisme mais qui dit les choses comme elles sont et qui nous donne de l'espoir face la vie.
Agnès

 

terre_des_mensongesLa terre des mensonges de Anne B. Radge

 

Trois frères qui ne se sont pas vus depuis des lustres sont réunis au décès de leur mère. Trois portraits magnifiquement écrits qui nous font partager l'intimité et les sentiments des personnages. Des personnages hauts en couleurs, tendres et parfois austères qui font de ce roman une très grande réussite. J'ai adoré et me plonge dès ce soir dans la suite.

Agnès

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Posté par unfilalapage à 10:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 mars 2010

Le comité de lecture a aimé :

jadeLa grand-mère de Jade de Frédérique Deghelt

Portrait tendre et émouvant d'une grand-mère qui se révèle femme sous les yeux de sa petite-fille.

Un très beau livre où les personnages bousculent les rapports petits-enfants/grands-parents et se découvrent une passion commune : la littérature !

Agnès

lilyLily et Braine de Christian Gailly

Un soldat brisé retrouve sa famille qui elle, aspire à une vie simple et

heureuse avec lui.Ce roman est une histoire d'amour dramatique rythmée par

l'univers du jazz.Servi par une écriture épurée,fluide,simple et efficace

c'est pour moi un petit chef d'oeuvre.

Agnès

roman_francaisUn roman français   -   Frédéric Beigbeder

Vous aimez l’auteur ou vous détestez le personnage, aucune importance, il nous livre ici  avec sincérité les clés de la construction de sa  personnalité complexe et attachante.

Serge

reine_des_lectrices1La reine des lectrices  -    Alan Bennett   (Denoël et d’ailleurs)

Une fiction humoristique à la cour d’Angleterre qui fait l’éloge de la lecture.

Un livre rafraîchissant.

Serge

foenkinos_la_delicatesseLa délicatesse    -  David Foenkinos

Une histoire d’amour brisée  est le départ d’une nouvelle vie.
Un livre magnifique.

Serge

ombreduventCarlos Ruiz Zafon L’ombre du vent

« Barcelone après la guerre. Quête romanesque de l’amour d’un adolescent. Le réel et l’imaginaire se mêlent pour notre plus grand plaisir. Barcelone triste et en même temps envoûtante. Le mystère plane sur tout le roman. Le départ est difficile, mais je ne l’ai plus lâché avant d’atteindre la fin. »

Anne-Claude

ImmeubleL’immeuble Yacoubian de : Alaa El Aswany (Babel)

Certes le rythme du roman peut parfois irriter (phrases parfois un peu longues, découpage frustrant des chapitres) mais il faut savoir aller au-delà.

Ce roman subjugue en effet par l’évocation de personnages et d’événements (les deux sont liés)  nous permettant de découvrir un pays (l’Egypte) et ses habitants à travers leurs joies et les drames de leur existence (là aussi, hélas, les deux sont liés).

C’est surtout l’occasion pour l’auteur à travers ses personnages d’évoquer un certain nombre de thèmes qui traversent la société égyptienne.

Force est de constater que celle –ci, au début des années 2000, n’est pas la plus sereine de notre monde actuel…

Pierrick

angesAnges de julie Grelley

Colline a décidé de s'autodétruire. De mannequin célèbre et adulé, elle devient un être gros et laid cherchant à faire disparaître tout rapport charnel. Mais dans sa quête d'amour pur et idéal, elle se tourne vers de jeunes garçons, et devient alors une criminelle.

Un premier roman dérangeant qui nous plonge au coeur du dédoublement de personnalité et de la folie. Haletant, choc et très surprenant.

Agnès

5931947308_Le_premier_amourLe premier amour de Véronique Olmi

Ce qu’il faut retenir : la première partie du roman. Un superbe portrait de femme à l’aube de ses 50 ans.

Agnès

naplesVoir Naples et mourir de Neil Griffiths

Ce roman policier nous plonge au coeur de Naples. Le personnage principal est très attachant. Quel est le plus grand danger? La camorra ou l'amour d'une jolie fille ? L'ambiance est si bien décrite qu'on  a envie de lui donner des conseils, de l'aider ...

Martine

Couverture_La_Part_de_l_autreLa part de l'autre de Eric Emmanuel Schmitt

Deux Hitler se croisent dans ce roman, celui qu'il a été et celui qu'il aurait pu être. Passionnant sur l'histoire de l'époque.

Martine

Posté par unfilalapage à 09:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 février 2010

Mordelles infos - octobre 2009, revue d'informations municipales

Capture01Capture02


i
Ouest France
- février 2010
Création d'un comité de lecture

rn_2585879_1_px_470_

La librairie « Un Fil à la Page », installée sur la commune depuis septembre dernier met en place un comité de lecture. Partie d'un désir commun de Murielle Lerestif, la libraire, et d'une fervente lectrice, Cécile Pellerin, cette création a pour but « de donner une dimension nouvelle à la librairie. Que ce ne soit pas seulement un lieu d'achat mais qu'il puisse s'y rattacher une dimension culturelle, par l'échange d'avis entre lecteurs » explique Murielle.

Ce comité aura pour but de donner son avis sur les ouvrages afin d'orienter le choix des clients de la librairie. « Le comité pourra aussi permettre d'orienter les achats de la librairie en faisant découvrir de nouveaux ouvrages que nous n'avons pas ». Constitué déjà d'une dizaine de personnes, le comité souhaite intégrer toute sorte de lecteurs : « nous aimerions pouvoir attirer des lecteurs de bandes dessinées, des jeunes et adolescents pour avoir un panel plus large d'avis ».

i


 

Posté par unfilalapage à 00:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]