clan poissards

   

Trotski se réveille avec le bourdon, sans trop savoir pourquoi. Le Stade a perdu et la soirée malouine a été un peu ratée, mais ce n’est pas seulement ça. Des défaites et des déceptions, il en a toute une collection. Non, ça semble être plus profond et venir de plus loin, un début de moins bien. Trotski l’insubmersible, le petit roc d’un mètre soixante-huit, celui qui se relève de tout, vacille sur lui-même sans mettre le doigt sur ce qui le fait tanguer ». Le Clan des Poissards est un roman qui parle d’une ville, Rennes, où les destins de quatre amis s’entrecroisent, d’une équipe de foot qui ne gagne pas assez, mais d’une pluie qui tombe trop souvent, d’amour et de PMU...

C'est un roman comme il en existe peu, un roman sur le quotidien, la vie simple de quatre amis qui ont du mal à sortir de l'adolescence, à se fondre dans le décor mais qui ne cherche pas non plus à tout bouleverser. Des hommes, avec leurs questions existentielles sur l'amour, le travail et l'argent, leurs rêves secrets, leur pudeur à se livrer totalement ; une ville toujours en mouvement où le décor change souvent plus rapidement que ses habitants, un stade de foot où se mèle joie et déception ; un auteur à découvrir !

Jeff Sourdin est également l'auteur de Rippeur.

 

 

le silence ne sera 

Le silence ne sera qu'un souvenir, Laurence Vilaine editions GAIA

Une belle découverte que ce premier roman de Laurence Vilaine, jeune auteure d'origine nantaise.

Elle nous entraîne dans l'univers à la fois poétique et rude des roms, gitans de roumanie. La misère règne dans la petite communauté de Miklus. La vie n'est certes pas facile mais la solidarité, la fraternité et la musique aident à supporter les horreurs de la guerre, des privations et le racisme quotidien. Miklus est à l'aube de sa vie, une vie de silence et de non dits qui cache un terrible secret. Le poids des traditions ont empêché Miklus de changer le cours de la vie de Chepnki et de sa descendance. Effleurant l'Histoire, Miklus se soulage enfin du poids de ces erreurs et nous entraîne dans la tourmente de ces vie gâchées où le bonheur ne sera que de passage.

A lire absolument !

 

blog

AVENUE DES GEANTS (Marc Dugain)

C’est en Californie que se situe l’intrigue de ce roman qui nous entraîne sur les traces d’Al Kenner, géant de 2,20 m au QI supérieur à celui d’Enstein. Ce livre décrit la dérive meurtrière de cet homme qui tue (il est alors âgé de 15 ans)  ses grands parents, pour ensuite, après sa sortie d’hôpital psychiatrique (et déclaré guéri par les médecins) entamer une carrière de serial killer. Il massacre 6 étudiantes ainsi que sa mère et une amie de celle-ci. Marc Dugain nous décrit un homme sans sentiment, incapable d’avoir des relations sexuelles, détruit par une mère violente et alcoolique dont il recherche pourtant toujours l’amour. L’auteur raconte, en la romançant, l’histoire vraie d’Edmund Kemper,  tueur schizophrène qui a inspiré le personnage d’Hannibal Lecter.  Mais il ne faut pas réduire ce roman à son personnage principal, car c’est également une formidable plongée dans l’Amérique des années 60 et 70, du président Kennedy, en passant par la guerre du Vietnam ou le mouvement hippie. C’est un livre qui vous happe, malgré le côté glaçant de son héros, et vous tient en haleine jusqu’au bout.

blog

L’ATTENTE DE L’AUBE (William Boyd)

Vienne 1913, Lysander Rief, jeune comédien anglais, vient suivre une psychanalyse avec un disciple de Sigmund Freud, pour anorgasmie. Sa courte liaison avec  Hettie Bull signera certes sa guérison mais l’entraînera aussi, une fois la guerre déclarée, dans des aventures rocambolesques qui l’amèneront à travailler pour le contre-espionnage anglais. Cette histoire est menée tambour battant, et l’on s’attache à ce personnage qui, paraît au premier abord sans grande consistance pour se révéler finalement retors à souhait et fin limier. Un roman fort divertissant, qui pour une fois dans une histoire d’espionnage, ne nous écrase pas sous une avalanche de situations ou de personnages…