la nuit tombée 

Un homme sur une moto, à laquelle est accrochée une remorque bringue-balante, traverse la campagne ukrainienne. Il veut se rendre dans la zone interdite autour de Tchernobyl. Il a une mission. Le voyage de Gouri est l'occasion pour lui de retrouver ceux qui sont restés là et d'évoquer un monde à jamais disparu où ce qui a survécu au désastre tient à quelques lueurs d'humanité.

Un soir quelque part où le "diable se fabrique un monde qui se foutrait des hommes".

Un soir, quelque part du côté de Tchernobyl. Que reste-t-il ? L'incompréhension, la colère, le dégoût et une immense tristesse pour ces femmes et ces hommes oubliés de tous ! Fort, très fort !

 

quand rentrent les marins

Myrtle est aussi réservée, sage et modeste qu'Annie est pétulante, séductrice et vaniteuse. Élevées dans un petit port d'Ecosse, elles ont appris ensemble à devenir des femmes. Des femmes de marins pêcheurs, dont le lot quotidien est lié à chaque caprice de l'océan, au retour de leur homme, aux rumeurs qui enflamment tout le village dès qu'un étranger en frôle le pavé... Jusqu'au jour où survient le pire, et où le drame emporte avec lui tous les remparts contre les déchaînements des passions. Contre ces non-dits qui éclatent avec d'autant plus de force qu'ils ont été si savamment et si lontemps protégés.

Le roman est une merveille... Angela Huth nous transporte, il n'y a pas d'autre mot, dans un petit port de pêche écossais, dans les méandres d'une amitié féminine à première vue bancale. Le quotidien devient passionnant, la psychologie des personnages est extraordinairement abordée et leur vie apriori banale, prend ici un relief innatendu. A ne pas rater !!

 

FAROOKI

Asif, Lila et Yasmine sont frère et sœurs. Lila a fui la maison, contraignant Asif à s’occuper de Yasmine, qui n’a pas idée du ressentiment qu’elle cause. Qui voit la musique en couleurs et se rappelle si bien de tant de choses que parfois sa tête lui fait mal. Qui n’est pas heureuse, et sait qu’elle est spéciale. Un jour, une équipe de télévision vient réaliser un reportage sur le syndrome d’Asperger et la vie de Yasmine. 
Un roman à trois voix doux-amer et touchant.

Que voilà un bon roman d'été. Vous ne quitterez plus Asif, Lila et Yasmine. Emotions garanties.

Du même auteur, que j'avais également beaucoup aimé : La petite boutique des rêves 

 

guillaume et nathalie

 

Guillaume est sociologue, Nathalie architecte. Ils se rencontrent à la veille du séisme qui a ravagé Haïti en janvier 2010, autour du projet d'un centre polyvalent dans les environs de Port-au-Prince. Entre l'homme de cinquante ans revenu de ses utopies, dont toute la vie s'est jouée dans son île, et la jeune femme au sombre passé qui vient de vivre de longues années en France, l'attirance est immédiate. 
Si Yanick Lahens excelle dans l'écriture impatiente de leur désir et si l'on est vite happé par la sourde sensualité qui en émane, elle n'est dupe ni de ses personnages, ni de leur situation. Représentants tous deux de la classe moyenne noire, ils tentent d'endiguer la misère qui les encercle, subissant eux aussi les préjugés racistes de la bonne société haïtienne et la corruption des élites. Nul misérabilisme pourtant dans ce récit, nul catastrophisme non plus, sinon la conscience diffuse de la menace qui plane sur Haïti en ce mois de décembre 2009. 
Avec ce roman pétri de tendresse pour son pays, Yanick Lahens acte la victoire de la vie et de l'écriture sur le malheur.

Une écriture sensuelle où l'urgence du désir se mesure à la faim de vivre intensément dans un pays où tout est difficile. Les personnages s'attirent et se repoussent, tout comme ils hésitent entre rester et partir ou repartir. Un beau roman où haïti se revèle sous toutes ses facettes. 

 

MAMHOUD

 

Maurice est un comptable doté d’un indécrottable humour danois et en pleine procédure de divorce. Mahmoud, son assistant, est un jeune musulman un peu geek sur les bords, qui n’a jamais vraiment eu de copine. Le premier est cynique et désabusé, le deuxième idéaliste et romantique. Le premier ne peut s’empêcher de persifler, le deuxième s’efforce de ne pas le prendre mal. Le premier habite chez le deuxième depuis que sa femme l’a mis dehors.
Entre frictions culturelles et religieuses, préjugés et décalages générationnels, Flemming Jensen livre un pamphlet sur ce qui tant bien que mal nous rapproche les uns des autres.

L'humour Danois nous va bien, un vrai vaudeville littéraire, les portes claques, les quiproquos s'enchaînent pour notre plus grand plaisir, mais attention cette satire dénonce aussi les travers des religions et l'intolérance. Gaïa fête ses 20 ans et cette maison d'édition continue de nous enchanter avec des textes tout à fait originaux. 

 

freres sisters

Oregon, 1851. Eli et Charlie Sisters, redoutable tandem de tueurs professionnels aux tempéraments radicalement opposés mais d'égale (et sinistre) réputation, chevauchent vers Sacramento, Californie, dans le but de mettre fin, sur ordre du "Commodore", leur employeur, aux jours d'un chercheur d'or du nom de Hermann Kermit Warin. Tandis que Charlie galope sans états d'âme, mais non sans eau-de-vie, vers le crime, Eli ne cesse de s'interroger sur les inconvénients de la fraternité et sur la pertinence de la funeste activité à laquelle lui et Charlie s'adonnent au fil de rencontres aussi insolites que belliqueuses avec toutes sortes d'individus patibulaires et de visionnaires qui hantent l'Amérique de la Ruée vers l'or. 

Dans ce roman jubilatoire où l'humour noir le dispute à une subtile excentricité, Patrick deWitt rend un hommage décalé aux classiques du western tout en invitant le lecteur à en explorer les ténèbres, sous l'inoubliable houlette de deux frères moins liés par le sang et la violence que par l'indéfectible amour qu'en silence ils se portent.

Vrai coup de coeur pour de livre drole et décalé, un plaisir de lecture